03 et 04 décembre 2011

Le marché de Noël 2011 Colmar et Riquewihr

Il fait encore nuit lorsque les perrons s’allument un à un.

Voici qu’arrivent les véhicules qui vont nous conduire vers les rêves qu’engendre la période Noël.

Tandis que l’autoroute déroule son long ruban qui s’éclaire petit à petit, le silence règne à bord. Certains terminent leur nuit …

Premier arrêt après Annecy, première occasion pour certains de s’en griller une petite !!!

Puis, c’est la frontière où les douaniers restent bien au chaud dans leurs guérites. Les premiers avions rasent l’autoroute avant d’atterrir à Genève et de nouveau un arrêt, quelque part entre Genève et Lausanne, cette-fois pour une pause casse-croûte : café, thé, gâteaux de Nicole et Ginette, bonbons …. Et l’occasion de s’en griller une seconde…

Nous reprenons la route et bifurquons vers le Nord-Ouest pour retrouver notre chère patrie et des routes plus sinueuses.

Le château de Joux se dresse sur notre gauche avant d’arriver sur Pontarlier. Nous suivons la frontière helvète en direction de Montbenoît et la République du Saugé.

A Gilley, un douanier de cire se contente de tourner la tête. La barrière de la douane est levée et nous faisons halte cependant devant le tuyé du Papy Gaby. Le tuyé est un fumoir pour les productions charcutières de la région, notamment la célèbre saucisse de Morteau. Autrefois présent dans la plupart des fermes, le tuyé a pratiquement disparu. Celui que nous visitons a été construit pour perpétuer la tradition et il est immense.

Nous sommes fort bien accueillis dans le fumoir. Un petit film, presque interactif, retrace l’histoire locale. Nous sommes cernés par des rangées de saucisses et saucissons, et même au-dessus de nos têtes. On se croirait presque dans la salle des pendus de nos défuntes mines de charbon.

Puis nous passons dans le magasin de dégustation … et vente. La Présidente de la République nous accueille par d’agréables paroles, suivie par celles du Papy Gaby, tous personnages de cire animés.

Dégustation puis chacun fait le tour des étals, attiré par les bonnes odeurs. Les mains sont blanchies des saucisses cuites dans la cendre.

Nous reprenons la route qui va bientôt suivre le Doubs pour rejoindre Morteau et notre restaurant.

La vue s’étend au loin vers de grandes étendues. Au pied du restaurant, la piscine s’offre à nous, mais nous n’irons pas nous baigner car le pédiluve est vide … et c’est l’heure de l’apéritif local. Excellent menu avec bien sûr la saucisse de Morteau et un accueil très chaleureux du personnel du restaurant.

Nous reprenons la route jusqu’à Montbéliard. Malheureusement, la pluie commence à tomber ce qui va bien gâcher notre plaisir. Nous pénétrons dans les grandes rues de Montbéliard, réservées aux piétons le temps des festivités. Le marché de Noël est très étendu et bien achalandé. Un grand chalet pour se mettre à l’abri, boire un coup de vin chaud : lorsque nous arrivons, une fanfare se met à jouer une chanson savoyarde : cela, c’est de l’organisation !!!

Puis, à l’heure dite, les monuments s’éclairent, les guirlandes illuminent les grandes artères. Sont-ce des larmes de joie qui coulent ou la pluie qui continue à nous faire des misères ?

Destination Sochaux et notre hôtel où nous nous installons avant de nous attabler au restaurant voisin. Là, ce n’est pas une fanfare qui nous accueille mais l’alarme incendie. Pas de panique : c’est normal et au bout de 5 minutes (temps réglementaire), c’est le cliquetis des fourchettes qui prend la relève. Repas léger, car le copieux repas de midi est encore en transit, et tout le monde a opté après le poisson, pour un buffet de desserts. Nous ne citerons aucun nom, mais certains ont fait plusieurs allers-retours !!!!

Puis dodo…. Et petit déjeuner, avant de reprendre la route en direction de Colmar.

Cette fois, il ne pleut pas, même si le temps n’est pas très accueillant.

Nous nous garons à Colmar, et même si le fléchage vers les marchés de Noël est parfait, il suffit de suivre la marée humaine qui se déverse des autocars…

Nous arrivons près de l’église des Dominicains où se situe le premier marché de Noël : magnifique. Tout est « clean ». IL n’y a pas foule et c’est vraiment agréable de déambuler au milieu des chalets, tous plus beaux les uns que les autres.

Par les rues aux magnifiques demeures décorées pour l’occasion, nous arrivons à la cathédrale, puis un peu plus loin au Koïfhus, l’ancienne douane. A l’intérieur, il y a une exposition de métiers d’art, tandis qu’à l’extérieur, se déploie un second marché de Noël. Pains d’épices et vin chaud nous aiguisent les papilles et à 11h30 nous prenons place au restaurant qui porte le nom de l’ancienne douane, pour un repas qui restera dans les annales.

Après un gouleyant Gewurztraminer en guise d’apéritif nous attaquons les choses sérieuses avec une remarquable tarte à l’oignon. Puis vient la monumentale choucroute arrosée d’une délicieuse bière de Noël. Le Munster n’est pas de reste. Nous terminons par un Kugelhof glacé aussi beau que bon. A noter le service remarquable et très à l’écoute malgré la charge de travail importante.

En sortant, nous faisons encore un petit tour de marchés et nous reprenons les voitures pour gagner Riquewihr.

Par chance, nous trouvons à nous garer près des murs de la ville et remontons la rue principale bordée de boutiques de Noël. Cette fois, il y a beaucoup de monde dans cette petite ville magnifique et il faut parfois faire la queue pour pénétrer dans des boutiques.

La pluie recommence à tomber… comme la nuit et nous reprenons la route, cette fois, du retour.

Arrêt à Pontarlier pour un repas léger et refaire le plein de nos véhicules.

Direction la Suisse. Le ballet des balais d’essuie-glaces, berce les passagers d’une langueur monotone et seuls les chauffeurs restent vigilants aux pièges de la route. Voici la France. Ultime arrêt, l’occasion de s’en griller une dernière et chacun se rendort jusqu’au panneau d’entrée de Ste Hélène.

Beau week-end (sauf pour le temps), bonne ambiance, bons repas, beaux marchés, bonnes affaires.

 

pour voir le reportage photographique, cliquez-moi
n'oubliez pas d'activer le son !