UN EPISODE SOUS LA REVOLUTION

De 1792 à 1793, la paroisse de Sainte-Hélène-du-Lac a comme curé le Révérend Xavier MAGARD qui s'exile en pays piémontais jusqu'en 1804, année de son retour.

     En janvier 1794, l'arrêté D'ALBITTE demande au comité révolutionnaire que toutes œuvres extérieures concernant l'église soient détruites. Dès février de cette même année, l'arrêté est appliqué à Sainte-Hélène-du-Lac par des terroristes accompagnés d'un contingent de femmes "JACOBIN" qui saccagent et dévalisent l'église : chemin de croix, tableaux, statues, etc. sont jetés et brûlés sur la place du village, face à l'église.Dans son ensemble la population désapprouve ces agissements.
Le lendemain de ce carnage, L'ARBRE DE LA LIBERTÉ est planté : un énorme SAPIN, orné de rubans multicolores. A trois reprises, cet arbre fut abattu, scié à ras le sol par une habitante de St Hélène : Marie TARDY, née TISSOT en 1767, et résidant au hameau du Bois.

L'histoire raconte qu'elle ne fut pas poursuivie, son père faisant partie du comité révolutionnaire, il ne fallait pas ébruiter  L'AFFAIRE.

Elle mourut de sa belle mort, âgée de 88 ans en l'année 1855.