Sainte-Hélène, chef-lieu de canton, et son lac

     Nous arrivons au chef-lieu. En 1792, Sainte-Hélène fut déclarée chef-lieu de canton, avec résidence d'un juge de paix. A gauche, l'ancien presbytère (1836) rénové. L'église veille sur ses morts. Elle a été plusieurs fois victime de la foudre et du feu en 1824, 1965 et 1967. Elle fut restaurée alors suivant les directives du P.Schaer et selon les normes du concile Vatican II. Le vitrail de sainte Hélène, patronne de la paroisse (247-337) nous montre l'impératrice serrant contre elle la Croix du Calvaire qu'elle fit rechercher après un pèlerinage à Jérusalem. Les couleurs du vitrail sont très belles. Sainte Hélène mourut à Rome où on admire encore son sarcophage de marbre sculpté.

     Le très ancien prieuré de Sainte-Hélène-du-Lac était voisin de l'église actuelle et faisait corps avec la tour du clocher subsistant aujourd'hui. L'église de Saint-Maurice-des-Mollettes dépendait du prieuré de Sainte-Hélène. Les prieurs percevaient les dîmes de la susdite paroisse des Mollettes. Tous les biens et fondations de ce prieuré furent confisqués et vendus le 8 prairial an IV de la République.

     Du chef-lieu, allons au lac jusqu'au pont qui passe sur le Coisin, petit cours d'eau qui le traverse, pour rejoindre l'Isère loin des Iles. Une île d’1 ha en son centre, boisée et très feuillue, n'est accessible qu'en bateau.

     Une légende semble indiquer que ce lac  aurait été une station des peuplades qui habitaient la Savoie aux temps préhistoriques. Ce qu’il y a de certain, c’est que sur ses bords s’est livrée, en 1597, la bataille des Mollettes. Le lac d’une superficie de 25 ha  fut, jusqu’à la Révolution, propriété de la Chartreuse de Saint-Hugon.