PREFACE


Nous avons voulu vous faire découvrir les principaux seigneurs qui ont possédé le fief de Sainte Hélène du Lac.
        Qui étaient-ils ?
        D’où venaient-ils ?
        Quels étaient leurs liens de parenté ?
        Etc…

Les recherches dans les différents ouvrages consultés ne sont pas toujours aisées. Tout d’abord parce que nous ne sommes pas historien et qu’il est difficile de s’y retrouver dans les nombreuses alliances, donations, mariages et successions. Puis d’un document à l’autre, il y a quelquefois des incohérences de dates.
Quoiqu’il en soit nous avons essayé d’être le plus juste possible et de suivre un ordre chronologique.
Mais des erreurs ou des oublis sont certainement présents. Aussi, nous demandons à tous les visiteurs de notre site de bien vouloir nous apporter leur aide pour des corrections ou des compléments d’information.
La section histoire et patrimoine vous remercie d’avance pour votre participation.

 
En survolant certains noms, vous obtiendrez d'autres détails !          ( en cas de problème d'affichage, cliquez ici)
 
 
 

LES SEIGNEURS DE SAINTE HELENE DU LAC
ET
L’HISTOIRE DU LAC

 


Situation historique
Nos recherches nous ont fait remonter jusqu’au XIe siècle. Nous sommes au moyen âge, au temps de la féodalité. La Savoie est administrée par des Comtes entourés de puissants vassaux. Les seigneuries se créent au hasard des guerres, des mariages, des testaments, des concessions de souverains… Pour affirmer leurs pouvoirs sur leurs possessions, les seigneurs construisent des tours de guet, des maisons fortes, des châteaux forts avec des tours carrées puis rondes.

La religion catholique affirme sa présence par les paroisses, les ermitages, les prieurés, les abbayes fondées par les ordres monastiques clunisiens, cisterciens, chartreux… Les abbés ont des droits comme les seigneurs. Leur influence politique est  grande. Les abbayes savoyardes sont des centres de développement agricole, artisanal et culturel.

 

LES SEIGNEURS DE SAINTE HELENE

D’après l’ouvrage « Les origines Féodales en Savoie et en Dauphiné » de Félix Bernard, il semblerait que du Xe au XIIIe siècle, le fief de Sainte Hélène du Lac ait été certainement  dominé par des AYNARD et leur descendance. Nous n’entrerons pas dans les détails des mariages, filiations et autres donations qui sont très bien décrites dans l’ouvrage de Félix Bernard, mais nous nous arrêterons sur les principaux faits relatifs à Sainte Hélène du Lac.



Les AYNARD

En 1027 AYNARD 1er De DOMENE devait être, avec le Comte de Savoie HUMBERT 1er aux blanches mains, un des principaux seigneurs de Sainte Hélène du Lac. Il y possédait alors le lac et  une pêcherie. Avec l’accord de son épouse Fecenna et avec le consentement de son père Rodolphe et de ses frères, il donna l’église de St  Georges de Domène et ses dépendances et la moitié de sa pêcherie de Sainte Hélène du lac au nouveau prieuré de Domène. La charte fut faite à Cluny, la 35e année du règne de Rodolphe III, roi de Bourgogne.
Les descendants cette famille Aynard prirent le nom de Sainte Hélène. Dès 1163, nous trouvons un Amédée de Sainte Hélène et son fils du même nom (1182-1275) Jean, Fils d’Amédée, cité en 1275, Humbert, fils d’Alise de Ste Hélène (1275) et Jacques de Ste Hélène que rappelle le « Nécrologe de St Robert ». Car le prieuré de Ste Hélène dépendait du prieuré de St Robert de Cornillon, qui lui-même relevait de l’Abbaye de la Chaise Dieu. Cette famille disparait à la fin du XIIIe siècle.
Le Comte
AMEDEE III (1103-1148) avait la suzeraineté et des biens sur le fief de Ste Hélène. Dès 1136, il donne à la nouvelle abbaye de Tamié (1132) les vignes et le cellier de Montmeillerat. (Nous développerons cette partie dans le chapitre « Châteaux et maisons fortes ».



Les CHATEAUNEUF

En 1250 le fief de Sainte Hélène et des Mollettes est encore en grande partie à des CHATEAUNEUF descendant de Bosson. (Ces deux familles sont de la branche des AYNARD).
A la mort de Hugues de Châteauneuf, le 29 septembre 1250, le Comte AMEDEE IV du imposer de dures conditions à Hugon (son fils) avant de l’investir de ses biens situés en Savoie.
Le 25 Aout 1251 Hugon de CHATEAUNEUF souscrit en faveur du comte de Savoie une obligation de 250 livres viennoises hypothéquée sur ses biens et rentes des paroisses de Sainte Hélène et des Mollettes. Cette grosse créance ne sera pas remboursée et les biens gagés deviendront la propriété du Comte.


Les PROVAINS

Au XIIIe siècle, des « PROVAINS »  seraient apparus en Savoie venant dit-on d'Italie. Ils étendaient leurs possessions dans les antiques alleux des Aynard, à droite et à gauche de la nouvelle frontière et probablement à Sainte Hélène du Lac.
Aussi, en 1333 le Comte AYMON DE SAVOIE vend à son bailly et châtelain de Montmélian GUY DE PROVAINS une seigneurie à Ste Hélène du Lac, à charge pour lui de faire construire une maison forte dans les cinq ans. Dans cette vente datée du 26 Février 1333 de St Georges d'Espéranche sont compris la juridiction de Ste Hélène avec son lac, ses vignes, ses rivages, sa pêcherie et toutes les appartenances du dit lac.

« Lacum suum vulgariter appellatum de Sanct Ellena una cum ripagiis, littoribus, piscariis et omnibus et singulis juribus et pertinentiis dicti lacus »
Cette maison forte « LA CHATELLE » fut terminé en 1338.
(Nous développerons dans le chapitre « châteaux et maisons fortes)

 

 

Les DE CLERMONT

Pendant presque deux siècles nous trouvons des De CLERMONT seigneurs de Sainte Hélène du Lac. Ces De Clermont sont de la branche de La Bâthie en Albanais.
Antoine II De Clermont est investi seigneur de Saint Pierre de Soucy et de Sainte Hélène du Lac en 1327. Il teste le 23 Septembre 1337 et nomme Aymarde de La Ravoire sa seconde épouse tutrice de leurs enfants.
Le 13 janvier 1342, son fils JACQUES De CLERMONT I et son neveu passent une procuration pour être procédé à la liquidation des biens délaissés par feu Messire Pierre de Clermont, archidiacre  de Dreux au diocèse de Chartres. Il achète à Messire Guy de Provains sa seigneurie de Sainte  Hélène ,  son lac et sa belle maison forte.  
Le  9 Novembre 1343 , il fait limiter cette seigneurie pour la séparer de celle des Mollettes, appartenant au Comte de Savoie Humbert le Bâtard fils illégitime d’Aymon de Savoie.
Le 1er Juin 1348, le Comte de Savoie lui vend et inféode, en augmentation de son fief, tous les biens qu’il possède dans les paroisses de Saint Pierre de Soucy et Villard D’Héry, en suivant les limites de la sommité du Mont-de-Montmayeur, des Chatellenies de Montmélian et de La Rochette et dans tout le mas de Venthenay, pour le prix de 1 000 florins d’or. C’était un poste de combat dangereux, qu’il fallait pouvoir épauler au plus tôt. C’est à cette préoccupation que devait répondre la formation de ce « mandement de Clermont » réunissant Sainte Hélène du lac, Saint Pierre de Soucy et Villard d’Héry.
Il teste le 24 décembre 1348 et veut être enterré dans l’église des Frères Mineurs de Chambèry au côté de sa mère.
C’est ainsi qu’une grande partie de sa descendance restera seigneur de Saint Pierre de Soucy et de Ste Hélène du Lac. (Plus de détail sur la généalogie des Clermont sur l’Armorial de Savoie de Foras).
Un siècle plus tard, nous trouvons Claude de Clermont seigneur de Sainte Hélène du Lac. Il épousa Philippine de Beaumont, veuve d’Humbert de La Tour, Seigneur de Vinay.
Elle teste, veuve,le 28 septembre 1528 au Château de Sainte Hélène. Legs à Germaine et Hélène de La Tour et à Claudine de Clermont, ses filles et nomme héritier universel Laurent de Clermont, son fils et les siens par fidéicommis.
Claude de Clermont eut Sainte Hélène du Lac en vertu de transaction de 1485.
Laurent de Clermont, fils de Claude devient seigneur de Sainte Hélène du lac. Il vend à PHILIPPE De MAUBEC et à CLAUDINE De CLERMONT ,mariés, sous grâce de rachat, la moitié de la juridiction de Sainte Hélène, indivise pour l’autre moitié, avec Claudine, sa sœur,  par acte du 4 dévembre 1538. Le 8 avril 1530, il vendit, à Jean III de Clermont, seigneur de St Pierre de Soucy, la prévalence et les droits de rachat ci-dessus. Il est mort sans postérité.
CLAUDINE De CLERMONT légataire de sa mère en 1528, puis Dame de Sainte Hélène du Lac, qui passa à Philippe de Maubec  son mari. Elle teste, le 14 juin 1555 en faveur des MAUBEC.

 

Les BRUNET

Cette famille, originaire de la Maurienne, n’a compté que deux générations en Savoie.  Etienne BRUNET reçut des patentes de noblesse en 1594. Il devint Seigneur de Sainte Hélène du Lac. Voici l’histoire de cette famille :
Comme nous l’avons vu ci-dessus Claudine De Clermont  passa la Seigneurie de Ste Hélène à son mari Philippe de Maubec par testament.
 Un Sébastien
NICOLE possède la Seigneurie de Sainte Hélène du Lac comme créancier des MAUBEC. Nous n’entrerons pas dans le détail des alliances et nombreuses transactions qui furent faites à cette époque mais nous retiendrons qu’Etienne BRUNET, fis de François se retourne du côté de Sainte Hélène du Lac et y acquiert du Sieur Ribaud, la moitié du Château et, le 17 juin 1590, de Noble Claude de Clermont, d’autres biens de Sainte Hélène pour la somme de 600 écus d’or.
Enfin, ETIENNE BRUNET acquiert, le 9 Octobre 1594, la Seigneurie et la juridiction de Sainte Hélène du lac au prix de 5 700 écus de Noble CLAUDE NICOLE DE LA PLACE .
Le grand père d’Etienne Brunet : Michel Perrod dit Brunet était déjà un homme d’affaire (bourgeois de Montmélian et marchand tanneur). En 1529, sa veuve Guillermine et son fils François achète une grande propriété à Montmélian au lieu dit « Le Mollard Berlion » pour le prix de 100 écus d’or. 66 ans plus tard cette propriété sera cédé  aux Pères Capucin. François Brunet est syndic de Montmélian et riche marchand drapier. Il finira toute sa vie dans ce domaine.
Il eut 2 fils : Jean Henri et Etienne. Ses deux fils furent anoblis le 1er février 1594.

  • Jean BRUNET achèta avec son père le 14 novembre 1576 la Baronnie d’Epierre.
  • Etienne BRUNET, notaire épousa Demoiselle Jeanne-Antoinette Losaz dont il eut 4 filles.

Etienne Brunet avait largement prospéré. Il possédait des biens dans la vallée de La Rochette, provenus des anciens seigneurs. En 1618, il fit une fondation pieuse en faveur des curés de La Rochette. A Montmélian, il jouissait de la belle maison construite par son père. Il possédait aussi l’ancienne maison forte de La Ravoyre située à La Chavanne, au lieu dit « La Plagne », sans parler de son château de Sainte Hélène du Lac. Il voit ses responsabilités augmenter avec ses richesses. Il va faire le sacrifice de donner aux pères capucins pour qu’ils y fondent une église et un couvent  sa maison sise à Montmélian, hors de la ville, en la rue de Malmarché avec une pièce de vigne, un verger y cohérent et l’île derrière la susdite pièce.
En échange, il demande de pouvoir élire sa sépulture dans le chœur à la place qui conviendra aux révérends religieux. Il se réserve le droit de faire apposer ses armoiries dans l’église et le couvent aux endroits de choix. Ce qui sera fait. (Vous pouvez le voir en visitant le couvent des Capucins à Montmélian)
Comme nous l’avons vu ci-dessus, il eut 4 filles :

  • Françoise qui épousa Noble Pierre ROBERT ou DE ROBERTI. <ils eurent  un fils Alexandre  baptisé en février 1626 et Claude baptisé le 21 mars 1630.
  • Melchiotte qui épousa en première noce François De Nicole De La Place et en 2eme noce noble René Palluat de Jallamonde. Ils n’eurent pas d’enfant.
  • Antoinette, qui après contrat du 20 avril 1630 épousa Pierre de Tignac, seigneur d’Epierre.
  • Marguerite qui est morte en 1631 sans alliance.

Etienne Brunet teste une première fois le 6 janvier 1629, puis une seconde fois le 12 aout 1630 ; il substitue à NOBLE Claude Roberty, son petit fils à Melchiotte sa fille dont le mari François De Nicole est décédé sans enfant. Melchiotte testera le 21 Mai 1640, laissant à son second mari, le seigneur de Jallamonde,  l’usufruit de la Seigneurie de Sainte Hélène du Lac. Après la mort de celui-ci en 1655, les ROBERTY, descendants de Françoise BRUNET deviennent les seigneurs de Sainte Hélène du Lac.

 

Les DE ROBERTY

Plusieurs ROBERT de Thussy, bourgeois de Rumilly en 1402 et 1435 furent affranchis par des princesses de Savoie. Les ROBERT étaient notaire en 1524 puis procureurs à la cours, bourgeois de Chambéry.
ANSELME ROBERT (ROBERTI en latin) était conseiller de S.A.R., 1er commissaire des extentes pour S.A. et contrôleur de ses guerres deçà les  monts.

Ci-joint: corps de la ferme De Roberty  ayant appartenu à
Anselme ROBERTY. Elle se trouve à Chambéry le Vieux
.

Le Duc lui accorda, en 1598, pour lui et pour les siens, des patentes portant rétablissement d’ancienne noblesse, et, en tant que besoin, nouvelle noblesse sans paiement de finance.
Son fils PIERRE épousa Françoise BRUNET fille de Noble Etienne BRUNET.
En 1643, il ne reste plus que 2 héritiers mâles de Pierre : Claude et Alexandre.
Par testament et succession de père en fils, la juridiction de Sainte Hélène du lac restera aux ROBERTY jusqu’au commencement du 19e siècle.
Noble Claude De ROBERTY BRUNET, seigneur de Sainte Hélène du lac baptisé le 9 juillet 1702. Le 10 Août 1734, il copnsigne tenir la terre et juridiction de Sainte Hélène du Lac, à lui parvenue par testament fidéicommissaire de Noble Etienne BRUNET, puis part succession de père à fils. Il en reçoit l’investiture le 24 février 1777.  Il avait épousé, le 29 septembre 1727, Demoiselle Marie, fille de feu Fabien ANTONIOZ, de tanninge. Elle meurt à Sainte Hélène le 2 octobre 1775 .  Ils eurent 4 enfants :

  • François né le 4 Mai 1732 à Sainte Hélène et mort le 27 mai 1740
  • Marie De ROBERTY née en avril 1734, baptisée le 28 Novembre 1735 à Sainte Hélène. Epouse d’Ovingiano d’ALEXANDRY qui a joué un rôle important en Savoie en qualité de juge au tribunal civil de Chambéry.
  • François Auguste DE ROBERTY, né en décembre 1737. Succède à son père et devient Baron de Ste Hélène.

Seigneur FRANCOIS AUGUSTE De ROBERTY, Baron de Ste Hélène.
Baptisé à Sainte Hélène le 28 décembre 1737. Il figure en 1787, au tableau des vassaux pour la seigneurie de Ste Hélène. L épousa le 18 janvier 1779, Demoiselle Thérèse De GERBAIX De SONNAZ, fille de feu Messire François-Laurent, Comte de Sonnaz.
Ils eurent une nombreuse famille :

  • Jeanne-Catherine née ne 1780
  • Balthasar né en 1781
  • Jean Auguste né en 1782
  • 3 Jumelles en 1783 qui ne vécurent que quelques jours.
  • Albert-Pierre né en 1785
  • Benoit né en 1787
  • Françoise Térèse née en 1788
  • Louise née en 1791
  • Joseph né en 1794

Pendant le règne de la terreur en 1794, il fut obligé, comme la plupart des familles nobles de la Savoie, de prendre l’exil. Il se réfugia à Turin avec sa famille et tous ses biens furent confisqués et déclarés propriété de l’état .
Après la terreur il rentre en possession de tous ses biens de Sainte Hélène.
Il meurt le 17 février 1810 et sa femme le 27 janvier 1811, âgée de 50 ans. Tous leurs fils décéderont avant eux. Seul  BALTHASAR testera le 9 mai 1814, donnant en précipat à ses sœurs Françoise et Louise, sa maison de Sainte Hélène et instituant héritières ses trois sœurs  qui transigent, en le 14 novembre 1816 au sujet de son hoirie.

La Chartreuse de St HugonNous reparlerons du destin de Louise et de Françoise dans le chapitre « Châteaux et maisons fortes ».
François-Auguste De ROBERTY fut le dernier seigneur de Sainte Hélène du Lac.

L’histoire du lac, elle n’est pas finie pour autant.
En 1525, le lac fut vendu à Jean III De MARECHAL, seigneur de Saint Pierre de Soucy.
En 1757 Philibert de MONTFALCON, Comte de Saint Pierre de Soucy, vend le lac à la Chartreuse de Saint HUGON représenté par Dom DUPRE, procureur syndic.
En 1792 Le lac est déclaré bien national, et il est loué à Sébastien RAFFIN dit LUCAZ de Sainte Hélène du Lac
En 1815 le lac est restitué aux chartreux de SAINT HUGON.
En 1826, le 28 Janvier à 17H, le lac est revendu par les Chartreux de Saint Hugon à monsieur le Comte VIALLET De MONTBEL, par devant Jean Léopold COT, notaire à Chambéry, pour le prix de douze cents livres, payé en écus de 5 livres. La famille De MONTBEL reste propriétaire du lac jusqu'en 1976 date à laquelle les communes de Ste Hélène, St Pierre de Soucy et les Mollettes forment un syndicat intercommunal pour l'acquérir.